Rêve de voyage entre Parenthèse et Pointillés ...

Rencontre Voyageurs autour du Monde

Nous avons seulement la volonté de réaliser nos rêves !

parenthèse et pointillés

Voyager fait rêver...

Un voyage au long cours est aussi une promesse d'expérience unique pour une famille...

 

Pour ce nouvel entretien de voyageur Libre autour du monde, nous rencontrons une famille en plein préparatif d'un voyage de 6 mois en Asie.

Mélanie, la maman, nous parle avec force enthousiasme de cette "parenthèse" que la famille s’apprête à ouvrir... 

ツ Bonjour Mélanie,

pourriez-vous nous présenter votre famille ?

Nous sommes une famille de 4 personnes.

Je m’appelle Mélanie, j’ai 35 ans et je suis ergothérapeute dans une clinique PIN BALMA (près de Toulouse). J’ai toujours été engagée au niveau humanitaire avec quelques missions à mon actif. Et depuis peu, je suis réserviste sanitaire auprès du ministère de la santé. J’aime me rendre utile.

Mon conjoint s’appelle Julien, il a 37 ans. Il est ingénieur en environnement à Toulouse. Il aime la nature et reste sensible aux notions d’écologie. Il est passionné de sports de glisse (notamment le surf).

Mes enfants s’appellent Yanis et Nahel.

Ils ont 8 ans et demi (très important pour eux !). Ils sont en classe de CE2. Et tout comme leur papa, ils ont été piqués par la passion des sports de glisse. Dès leurs 2 ans, leurs pieds ont été mis sur un skate. Aujourd’hui, ils rêvent de surfer les plus belles vagues du monde avec leur papa !


Que représente pour vous le Voyage ? A quoi sert de voyager ?

Pour nous, VOYAGE rime avec RENCONTRES !

Cela nous intéresse peu de consommer des paysages, sans prendre le temps de vivre et d’aller à la rencontre de l’autre.

Peu importe si on reste plusieurs semaines au même endroit, pourvu que l’on s’enrichisse des autres. Lors de nos retours de voyages, nos plus beaux souvenirs ont toujours été les rencontres inopinées et hasardeuses.

Le voyage nous permet de sortir de notre zone de confort. Il nous permet de créer des capacités d’adaptation que l’on ne se soupçonnait pas. Et puis, il nous ouvre les yeux sur la réalité : les médias nous bombardent d’infos, quelques fois tellement déprimantes mais à la fois objectives, que l’on oublie que sur cette planète, il existe de belles personnes ! 

Partir en voyage est très important dans notre équilibre familial. Il nous permet de ressouder nos liens et de créer des souvenirs à 4 !

Le voyage, c’est un enrichissement personnel, à chacun d’y puiser son inspiration.

Avez-vous ce que l'on appelle parfois le virus du Voyage ?

Oh que oui !!!

Déjà avant d’avoir les enfants, on aimait beaucoup voyager. 

Et nos garçons ne nous ont pas arrêtés en chemin ! Quand ils sont arrivés, on les a embarqués avec nous, dès leur 9 mois, à travers le monde !

Pas une année sans programmer une escapade : Baléares, Guadeloupe, Guyane, Thaïlande, Sri Lanka…


Parlez-nous de Votre mode de voyage le plus fréquent : en famille, en solo, pour le travail ?

Nous avons évolué dans notre mode de voyage avec l’âge de nos enfants.

Bébé, les voyages étaient plus organisés, plus sages… Voyager avec des jumeaux demande beaucoup TROP d’organisation.

Puis à leurs 5 ans, nous sommes partis en Guyane chez la sœur de mon conjoint. Un mode vie en carbet, en pleine jungle amazonienne, que nous avons adoré !! L’adaptation de nos enfants a été totale ! Une révélation pour toute la famille.

Par la suite, nous sommes partis en Thaïlande, où on s’est laissé porter par l’improvisation. Quelques réservations prises à l’avance dans des guesthouses et libre cours à nos envies sur place ! 

Enfin, au SRI LANKA, nous avons couplé « libre impro » et « voyage solidaire ».

De façon autonome, nous avions pris contact avec une école et un orphelinat. Nous avions envie d’être proches de la population en nous rendant utile.

Pari gagné, les enfants se sont appropriés ce voyage d’une façon déconcertante.


Vous considérez-vous comme privilégiés ? chanceux ? Ou pensez-vous que le voyage est ouvert à tous…

Nous ne sommes ni privilégiés ni chanceux. 

Nous avons seulement la volonté de vouloir réaliser nos envies, nos rêves ! 

Je pense aussi qu’il peut être ouvert à tous du moment où l’on ose affronter ses peurs !

Comment est venue l’idée de ce voyage ?

L’idée me trottait dans la tête depuis déjà plusieurs années.

Les coups durs de nos vies respectives nous on fait réaliser ce que LA VIE représentait pour nous !

Le rythme de notre quotidien commençait à peser et on manquait d’oxygène. Après chaque retour de voyage, on rêvait du suivant… Avec cette envie de prendre le large et de sortir du « ronron » quotidien. 

Mon conjoint n’a pas été difficile à convaincre. 

Nous partirons dès janvier 2018 pour 6 mois en Asie du sud-Est, en mode sac à dos, avec nos 2 enfants qui auront 9 ans au moment du voyage.

Nous allons traverser la BIRMANIE, LAOS, CAMBODGE, VIETNAM, PHILIPPINES, INDONÉSIE.

Mais pourquoi un voyage au long cours … ?

Partir au long cours, c’est s’offrir une parenthèse afin de prioriser notre famille. C’est vivre une expérience unique et tisser des liens solides et privilégiés.

Mais ce n’est pas qu’un simple voyage, c’est surtout un projet de famille, que nous avons intitulé « Parenthèse et pointillés ».

Nous voulons nous rendre utiles humainement là où nous serons, pour chaque pays traversé, par des actions bénévoles, sur des durées variées. Et surtout faire participer nos enfants dans ces actions !

Nous souhaitons transmettre à nos enfants, mais aussi aux générations futures, des valeurs porteuses d’espoir et d’optimisme, telles que la tolérance, le partage et la solidarité. Des valeurs qui se perdent de plus en plus de nos jours.

A notre retour, nous souhaitons organiser une exposition photos. Nous retranscrirons notre parcours et les expériences vécues tout au long de notre périple en mettant en valeur l'action des personnes que l’on aura rencontrées. 

Nous souhaitons véhiculer un message autour de nous, à notre échelle et sans prétention.


Comment l’avez-vous préparé ? Quelle part avez-vous laissé à la non-préparation ?

Une fois le budget établi, nous avons pu nous concentrer sur les destinations et la durée du voyage.

A l’heure actuelle, nous sommes à la recherche de partenaires pour nous aider à concrétiser ce rêve.

 

Nous avons déjà quelques entreprises qui vont nous suivre dans cette aventure en nous faisant des dons de matériels.

Incroyable comme certaines personnes font preuve de tant de générosité !

Nous recherchons des structures locales et associations qui pourraient nous accueillir sur chaque lieu d’escale.

Et je dois dire que c’est le plus fastidieux actuellement. Comme nous souhaitons que nos garçons participent aux bénévolats, je dois rechercher des lieux où ils se sentiront à l’aise, sans les forcer à quoi que soit. Et qu’ils puissent garder leur âme d’enfant.

 

Ensuite, aucune réservation à l’avanceNous voulons laisser libre cours à nos envies sans contraintes : nous en avons assez en France pour nous en rajouter en voyage !

 

Dès cet été, nous commencerons à acheter notre premier billet d’avion pour la Birmanie.

Puis nous optimiserons les transports locaux, le passage des frontières terrestres quand cela est possible en limitant les avions ! 


Cherchez-vous à changer ou échapper à quelque chose avec ce voyage ?

Nous voulons nous enrichir de l’expérience du partage des cultures et apporter un regard différent sur le monde qui nous entoure. 

Dans cette société qui amène chaque citoyen à se craindre ainsi qu’à redouter l’inconnu, nous souhaitons faire naître l’envie d’aller vers l’autre et de s’ouvrir à lui.

 

Le message que nous défendons s’adresse particulièrement aux plus jeunes, puisqu’ils seront les adultes de demain. 

A notre retour, nous laisserons « les pointillés » nous prédire la suite…


Que répondre à ceux qui rêvent de voyage au long cours, sans oser franchir le pas ?

« Tout ce que vous avez à faire, c’est décider de partir. Et le plus dur est fait » Tony Wheeler

Je pense que tout est dit ! 

Si vous avez cette idée en tête, c’est que vous avez déjà en vous cette envie, alors ne réfléchissez pas trop et foncez ! 

Quel est le plus gros obstacle d'un tel voyage ?

Pour notre cas, cela a été le travail.

Demander un congé sans solde peut être considéré comme être « tire au flan » ! Il n’est pas facile d’affronter sa hiérarchie, en demandant 6 mois de vacances : car c’est comme ça, qu’au premier abord, cela est considéré.

Quelle est votre plus grande crainte avant de partir ?

Nous avons 2 craintes avant notre départ :

La SANTELa peur qu’il nous arrive quelque chose sur place et qui nous obligera à rentrer plus tôt que prévu. De la même façon, la peur qu’il arrive quelque chose à nos proches et qu’on ne soit pas là pour y faire face.

Le RETOUROui, nous craignons le retour à notre vraie vie. Nous savons qu’après 6 mois d’exil, il ne sera pas simple de se remettre dans ce « ronron » quotidien auquel nous voulons échapper.


C'est peut-être encore un peu tôt mais, dans votre préparation, quelles étapes vous semblent les plus compliquées ou les plus joyeuses ?

Lors des préparatifs, les étapes les plus compliquées sont celles liées à la logistique comme les démarches administratives : maison, banque, école, etc… Mais nous sommes encore au début de tout ça…

Les plus joyeuses sont celles liées aux réactions de nos proches qui nous encouragent dans notre projet et nous délivrent des messages de soutien.

Quel est le plus grand manque que vous redoutez pour ce voyage ?

Notre plus grand manque sera l’éloignement de la famille et des amis, les personnes qui nous sont chères et qui risquent de manquer autant à nous qu’à nos enfants.

Malgré les moyens modernes de communication, l’éloignement physique risque de nous peser. 

Comment se remplit votre sac ? léger ... très très léger ... complet ...

Les sacs ne contiendront que l’essentiel.

Deux sacs de 60 litres pour nous et deux petits sacs à dos pour les enfants feront largement l’affaire. Si nous manquons de quelque chose, « nous achèterons local ».

Ce qui pèsera le plus lourd sera le matériel informatique (appareil photo, ordinateur, etc…) et les manuels scolaires pour les enfants.

Un conseil pour conclure … ?

Etant encore à 8 mois du départ, il est un peu tôt pour nous de partager des astuces.

Cependant, je pourrais conseiller de consacrer du temps à lire les différents blogs de voyageurs qui regorgent d’informations utiles.

Il ne faut pas hésiter à prendre des contacts en direct pour avoir davantage de précisions et des retours d’expérience. Les groupes Facebook de voyageurs sont une vraie mine d’or.

Je conseillerais aussi de s’abonner au site Workaway, HelpX, si l’on souhaite faire un voyage solidaire. « Travel with a mission » reste un bon site de bons plans d’associations.

Note LADM : retrouver les liens dans rubrique "Voyager autrement" -


Merci beaucoup Mélanie pour cet échange ツ

Rendez-vous en janvier 2018 pour suivre votre aventure en Asie du sud-Est en mode sac à dos !

 

En attendant, vous pouvez suivre ou soutenir Mélanie et sa famille sur :

Facebook

 https://parentheseetpointilles.wordpress.com/



Crédit photos Parenthèse et pointillés https://parentheseetpointilles.wordpress.com/

Écrire commentaire

Commentaires : 0