Coup de chaud sur les Glaciers

Alaska, terre des glaciers de la Dernière Frontière...

L’Alaska, l’état le plus étendu des Etats-Unis...

Situé à l’extrémité Nord-Ouest de l’Amérique du Nord, l'état d'Alaska constitue 20% de la surface totale du pays. Il fait deux fois la taille du Texas et pourtant, il reste le moins peuplé au km².

L’économie de l’Alaska est dominée par la pêche, l’industrie du pétrole et des gaz naturels, des ressources qu’il possède en abondance.

Les bases militaires et le tourisme sont aussi une part importante de l’économie. Un des nombreux attraits de cet état sont ses nombreux glaciers qui recouvrent environ 75000 km² : soit 5% de la superficie totale de l’Alaska ! 

Les Etats Unis ont racheté l’Alaska à l’Empire Russe en Mars 1837. Ce bout de terre a ensuite subi différents changements administratifs avant de devenir un territoire en Mai 1912.

C'est en Janvier 1959 qu’il fût déclaré le 49ème état des Etats-Unis.


Malheureusement, comme n’importe quel autre pays, les Etats-Unis ont subi les conséquences du changement climatique.

Une réponse directe à l’augmentation accrue de dioxyde de carbone dans l’atmosphère dû à la combustion des énergies fossiles.

Le réchauffement climatique a un impact direct sur les glaciers d’Alaska et reste un sujet ... "brûlant".

La vie des Glaciers

Par définition, un glacier est une étendue de glace formée par la neige tombée au fil des années qui s’est accumulée. Les glaciers se déplacent très lentement : soit ils descendent des hauts sommets (ce sont alors des « valley glaciers »), soit ils s’étendent sur les côtés (ce sont alors des « continental glaciers »).

Les glaciers se forment donc là où il tombe plus de neige qu’il n’en fond. Il existe aussi des « tidewater glaciers » : ce sont des « valley glaciers » qui avancent jusqu’à atteindre la mer.

 

Mais alors pourquoi les glaciers se déplacent-ils ?

 

Ce mouvement est causé par le poids de l’épaisse couche de glace, ajouté à la force de gravité qui pèse sur la masse glaciaire. Les glaciers peuvent alors soit avancer, soit reculer.

Le vêlage est un phénomène intéressant qui touche les glaciers. C'est le nom donné lorsque des morceaux du glaciers se détachent du terminus du glacier. Ce phénomène se produit quand l’avancée du glacier rend son terminus instable.

Il existe près de 100 000 glaciers en Alaska mais seuls 664 portent un nom.

 

Le Wrangell St Elias National Park présente le plus grand système glaciaire du pays. Les monstres de glace y recouvrent 25% de la totalité du parc. Il existe d’autres glaciers connus tels que le Hubbard Glacier, le Mendenhall Glacier

Le Columbia Glacier est quant à lui le glacier le plus rapide au monde et il recule depuis les années 80.

Il fut nommé après l’Université de Columbia (comme beaucoup d’autres glaciers nommés après des université élitistes).


Les glaciers ... une ressource économique ?

Les glaciers représentent une importante ressource économique pour les Etats-Unis. Ils ont une valeur commerciale.

Ainsi, au Japon, il existe un marché de la glace provenant des glaciers d’Alaska, ce qui en fait un produit d'exportation profitable.

Les glaciers sont aussi un atout pour le tourisme.

 

Au-delà du paysage magnifique, les glaciers attirent skieurs, marcheurs … Dans les zones où il y a peu de crevasses, les glaciers permettent aux skieurs de pratiquer leur passion même en été. Lors des excursions en bateau près des glaciers, les touristes se voient proposer une boisson servie avec un glaçon provenant du glacier visité.

 

Enfin, les glaciers produisent aussi de l’eau potable et permettent d’irriguer les champs et les cultures.

En effet, l’un des avantages du glacier est qu’il agit comme un réservoir d’eau. Pendant les chauds mois d’été, l’eau produite par la fonte partielle des glaciers permet d’alimenter des villes en eau potable. C’est par exemple le cas pour la ville d’Anchorage qui dépend des « Juneau Glaciers ». Mais l’eau fondue des glaciers est aussi utilisée pour produire de l'électricité.

 

Les glaciers abritent aussi de nombreuses espèces animales. Avec leurs neiges éternelles, ils sont le repère de plus de 19 espèces d’oiseaux et 16 espèces de mammifères : ours polaires, phoques, morses, faucons, aigles, lapins …



Les glaciers fondent...so what ?

Des scientifiques ont mené plusieurs expéditions en Alaska pour se rendre compte de l’étendue des conséquences du changement climatique.

Le terminus du Denali Glacier a reculé de 24 mètres/an.

Le Muir Glacier a reculé de 50 km.

Le Bear Glacier a reculé de 3 km.

Le Northwestern Glacier a reculé de 10 km.

Sur les 19 glaciers du Juneau Icefield, 18 sont en train de reculer.

Le Columbia Glacier, près de Valdez, a reculé de 19 km depuis 1980...

 

Au-delà même de leur recul, les glaciers sont aussi en train de perdre en épaisseur.

Une moyenne a été réalisée sur 67 glaciers : entre 1950 et 1995, ils ont perdu environ 70 cm d’épaisseur par an.

Mais entre 1995 et 2001, ce chiffre a doublé passant à une perte d’épaisseur de 1,80 mètre par an.

Le Valdez Glacier a perdu 90 m d’épaisseur au cours du dernier siècle...

Entre 1994 et 2013, les glaciers d’Alaska ont perdu 75 milliards de tonnes de glace chaque année.

Par an, le Columbia Glacier a perdu à lui seul, 4 milliards de tonnes d’eau qui se sont alors déversées dans les océans.

Malgré le fait que la partie du Groenland qui est couverte par la glace est 20 fois supérieure à celle de l’Alaska, les pertes en Alaska représentait un tiers des pertes totales de glace entre 2005 et 2010.

Le Columbia Glacier est donc l’un des glaciers les plus changeant au monde. Depuis 1980, le terminus du glacier a reculé de plus de 20 km au Nord, il a perdu plus de 457 m d’épaisseur et près de la moitié de son volume total.

Néanmoins, peu importe la vitesse à laquelle le Columbia Glacier ou autres « tidewater glaciers » d’Alaska reculent, les plus gros contributeurs à la montée des eaux sont les glaciers qui se terminent sur de la terre et non en pleine mer.

 


Le changement climatique a un impact direct sur l’Alaska, notamment avec la hausse des températures : elles ont augmenté de 1,6°C depuis les années 50.

La hausse des températures créée ensuite une sorte de réaction en chaîne. Quand la température monte et que la glace fond, il y a plus d’eau provenant des glaciers et de la banquise qui est acheminée naturellement vers les mers et océans. Les océans se réchauffent et leur volume d’eau s’accroît.

Cette combinaison d’effets a joué un rôle majeur dans l’augmentation du niveau de la mer : entre 10 et 20 cm au cours des 100 dernières années. Une hausse du niveau de la mer provoquerait une modification de la forme et de la position des côtes, créant des inondations et détruisant les marais. La hausse du niveau de la mer aurait aussi pour conséquence d’introduire de l’eau de mer dans les nappes phréatiques ce qui rendrait l’eau potable salée.

Les Inuits Shishmaref (habitant sur une île au Nord-Ouest de l’Alaska) ont reçu une aide de 150M $ suite à l’érosion de la côte et aux dégâts causés par les vagues. Les Yupiks et les Newtok vont être déplacés sur une autre colline.

Mais le réchauffement climatique peut aussi avoir d’autres conséquences tel que des glissements de terrain, comme ça a été le cas sur le Lamplugh Glacier (qui fait partie du Glacier Bay National Park) en Juin 2016.

 

La hausse des températures entraîne une fonte des glaciers qui servent normalement de soutien, de support à certaines montagnes. Suite à quoi, l’érosion ou les tremblements de terre créent des glissements de terrain qui peuvent eux même avoir comme conséquences des petits tremblements de terre et même des tsunamis.


Mais le réchauffement climatique n’affecte pas seulement les humains...

La fonte de la calotte glacière met en danger plusieurs espèces animales, comme les morses. En 2014, un grand groupe de morses est arrivé sur la côte d'Alaska suite à la disparation de leur milieu naturel, de leur bout de banquise.

 

Le changement climatique entraîne donc un déplacement de certaines espèces animales. Mais la fonte des glaciers impacte aussi l’alimentation de certains animaux. Le recul des glaciers affecte les écosystèmes aquatiques : des changements dans le courant et la température de l’eau, mais aussi des changements dans les terres aux abords des glaciers qui abritent normalement de nombreuses espèces.

 

Au-delà de ces conséquences, la disparition des glaciers s’avèrerait aussi dramatique pour l'économie Américaine pour qui les glaciers sont une importante source de revenus.

 

Depuis les années 1980, le réchauffement climatique a mené à un recul des glaciers à travers le monde de plus en plus flagrant. Beaucoup de glaciers ont déjà disparu et d’autres sont en grand danger. 

 

 

Les glaciers d’Alaska fondent si vite

que l’on pourrait recouvrir

l’intégralité de l’Alaska de 30 cm d’eau tous les 7 ans.

 

L’ancien président, Barack Obama, a essayé de sensibiliser la population aux questions du réchauffement climatique et de l’importance de la préservation des glaciers.

Il a marché jusqu’au Glacier Exit en Septembre 2015 et a déclaré :  

« Nous devons nous assurer que nos petits-enfants puissent voir cela »

 

Néanmoins, ce voyage n’avait engendré aucune nouvelle prescription politique ou un quelconque effort fédéral pour ralentir le réchauffement climatique.

Malgré les efforts de l’ancien président des Etats-Unis, il est indiscutable que les Etats-Unis reste un gros producteur de gaz à effet de serre, malgré la promesse d'Obama de réduire les émissions de carbone de 28% au cours de la prochaine décennie...


Article rédigé par Marion - recherche montage et cartographie

Écrire commentaire

Commentaires : 0