Un tour du Monde sous l'Océan ...

Rencontre Voyageurs autour du Monde

Passer une journée dans une école de chaque pays traversé...

tour du Monde sous les Oceans

avec Emilie, François, Juliette et Victor...

Larguer les amarres, rompre avec nos habitudes et notre vie rodée... partir pour un voyage autour du monde !

Vous en rêver ...

Ce mois-ci, nous rencontrons une famille qui a pris sa décision : cet été , ils osent partir !

 

C'est la maman, Emilie qui nous présente les préparatifs de leur future aventure.

Elle nous explique comment, un beau jour, la décision de partir à l'aventure se prend...


ツ Bonjour Emilie

Pourriez-vous nous présenter votre tribu ?

Nous sommes une famille de 4 personnes.

Le papa : François, 37 ans, professeur des écoles, moniteur de plongée sous-marine et entraîneur d’une équipe de jeunes au rugby (sportif, vous l’aurez compris)

Juliette : 9 ans, écolière en CM1, pratique la gymnastique et la danse depuis qu’elle a 3 ans, adore le snorkeling 

La maman : Emilie, 36 ans, infirmière à domicile, pratique la danse et Niveau 2 de plongée

Victor : 7 ans, écolier en CP, pratique le foot. Un poisson dans l’eau, il nageait avec ses palmes et son masque à la recherche de poissons alors qu’il n’avait que 5 ans


Aviez-vous ce que l'on appelle parfois le virus du Voyage ?

Nous sommes passionnés de fonds sous-marins et la majorité de nos voyages jusque-là s’orientaient vers les plus beaux endroits au monde pour plonger (en couple : Indonésie Sulawesi, Maldives, Mexique…En famille : Indonésie Bali, bassin Méditerranéen).

Le voyage est très important pour notre famille. Il fait partie de notre équilibre. Nous avons commencé à voyager avant d’être en couple et notre passion commune (la plongée) nous a incités à continuer. C’est ce qui nous permet de nous lever le matin pour aller travailler, qui nous encourage et nous stimule en prévision de futures destinations. 


Vous considérez-vous comme privilégiés ? chanceux ? Ou pensez-vous que le voyage est ouvert à tous…

Nous nous considérons comme chanceux de pouvoir découvrir les richesses de notre belle planète et de transmettre cette ouverture sur le monde à nos enfants. Il nous parait important de visiter et d’aller vers les autres, pour être plus riches intérieurement. Cela peut également permettre de se rendre compte de certaines facilités de notre vie quotidienne.

Comment est venue l’idée de ce voyage ?

Une vieille idée…

L’idée de ce tour du monde germait depuis plusieurs années déjà, mais sans jamais se dire que nous la concrétiserions un jour.

En septembre 2015, la maîtresse de Juliette nous a demandé de suivre le blog d’une famille toulousaine partie faire un TDM d’un an afin de travailler un projet scolaire sur les pays du monde.

Nous nous sommes un peu identifiés à cette famille et notre rêve a commencé  à devenir une ébauche de réalité.

Le plus dur étant de prendre la décision !

... alors, pourquoi maintenant ?


Le bon moment…

Pour ma part, j’étais dans une période professionnelle assez dure psychologiquement (infirmière libérale) avec beaucoup de décès de patients dont j’avais de plus en plus de mal à me détacher.

Le sentiment perpétuel d’une vie à cent à l’heure, qui passe trop vite et qui peut s’arrêter à tout moment, m’a poussé à prendre la décision d’en profiter maintenant et tous les 4.

Mon mari, François, n’a pas été trop difficile à convaincre. 

Mais pourquoi un Tour du Monde… ?

L’envie de se retrouver…

Nous avons envie et besoin de nous retrouver, de partager nos difficultés, nos « petits bonheurs» et de sortir de notre zone de confort. C’est une étape familiale qui nous paraissait indispensable à l’aube de nos 40 ans.

Nous souhaitions également que ce voyage ait du sens pour les enfants, d’où l’idée du projet « un jour, une école ».

Parlez-nous de la démarche qui accompagne votre aventure…

Ce dernier a pour objectif de passer une journée dans une école dans chaque pays traversé.

Pour cela, nous avons filmé une journée type dans l’école de Juliette et Victor afin de la présenter  aux écoliers que nous allons rencontrer. De notre côté, Juliette et Victor, avec notre aide présenteront sur notre blog, la journée type d’un écolier au Pérou, en  Australie, au Cambodge…

L’idée est de pouvoir échanger et partager avec d’autres enfants afin de nous enrichir.

 

Notre but est également de garder le contact avec la classe des enfants en France qui nous suivront (ainsi que toutes écoles qui sont intéressés par notre projet). François a écrit un projet pédagogique sur notre blog). 

 

La seconde chose qui nous paraissait intéressante est la protection des fonds sous-marins.

A notre échelle, nous allons essayer de faire passer des messages aux gens qui nous liront en montrant ce que l’être humain fait de bien mais également  de moins bien en termes de respect de la mer.

Nous ne voulons pas montrer que « la carte postale » de l’endroit visité. 


Comment l’avez-vous préparé ? Quelle part avez-vous laissé à la non-préparation ?

Concernant la préparation de ce TDM, nous avons en premier budgétisé approximativement l’aventure (il ne faut pas se mentir, c’est le nerf de la guerre).

Il a fallu prévoir également l’argent nécessaire pour ce que j’appelle le « tout ce qui reste ici » c’est-à-dire les impôts, la maison, les charges de mon activité professionnelle libérale qui continuent à se prélever.

 

Une fois le budget établi, nous nous sommes assis autour du globe de Juliette et nous avons posé ce que chacun aimerait absolument voir :

  • Victor : des volcans et des baleines
  • Juliette : des dauphins et du soleil
  • Emilie : le Machu Picchu, les chutes d’Iguaçu et de belles plongées
  • François : « Big Five »  de la plongée ( cf : notre blog)

Le trajet s’est donc articulé autour des envies de chacun.

Le travail de fourmis a donc commencé afin de récolter le maximum d’infos  (les blogs de tourdumondiste nous ont beaucoup aidés).

 

Pour l’instant, nous avons acheté nos billets d’avion avec l’agence anglaise Travel Nation et réservé nos vans pour la Nouvelle- Zélande et l’Australie.

 

J’ai tracé la première zone terrestre de 3 mois en Amérique du Sud grâce au site internet «A Contresens« .

Nous n’avons, à l’heure actuelle, rien réservé d’autre car nous préférons nous laisser la possibilité de rester plus ou moins longtemps à certains endroits si nous nous y sentons bien.

Notre seule contrainte sera d’être le jour J à l’aéroport pour prendre l’avion afin de changer de continent ou pays.


Racontez-nous comment vous vivez l'approche du grand départ ...

La préparation de ce voyage nous procure divers sentiments : de l’inquiétude, de l’angoisse, de l’euphorie, de l’envie, de la joie.

Je pense que nous passons par tous ces ressentis dans notre vie mais l’échéance fait que ces sentiments sont plus exaltés.

La médiatisation  de notre voyage et projet (à moindre échelle, article sur La Dépêche) nous a permis d’avoir des retours très positifs.

Nous avons beaucoup de personnes expatriés ou pas qui nous ont proposé leur aide. Tous ces gens bienveillants me réconcilient avec l’Être Humain. Ça fait du bien de sentir dans notre société très individualiste ce mouvement d’entraide et de solidarité. Ce sont des valeurs auxquelles je crois encore, mais qui s’étaient égratignées au fil des années. 

Ce  voyage nous apporte un retour aux valeurs essentielles et à  une façon de vivre beaucoup moins matérialiste. 

 


Que répondre à ceux qui rêvent de voyage au long cours, sans oser franchir le pas ?

Quel est le plus gros obstacle d'un tel voyage ?

A toutes les personnes qui rêvent de faire ce type de voyage, je dirais que la seule barrière, le seul frein, c’est nous-même !

Il faut passer au-delà de nos peurs et oser sauter le pas !

Il existe des obstacles effectivement (la famille, la scolarité, l’argent….) mais il est possible, quand on le souhaite vraiment, de les résoudre afin de vivre ses rêves.

Certaines personnes nous renvoient leur propre angoisse lorsque nous parlons du projet :

- la scolarité des enfants : « ils vont avoir du retard au retour », «comment vous allez trouver le temps de leur faire l’école », ce à quoi je réponds systématiquement que même s’ils ont pris un peu de retard sur certaines matières, ils auront beaucoup d’avance sur la géographie, les langues étrangères ….et surtout, ils auront vécu une expérience qui nous l’espérons sera riche humainement (et cela ne s’apprend pas à l’école entre la leçon de maths et de français).

l’argent : « vous êtes riches pour pouvoir vous permettre un tour du monde », « et bien, ce n’est pas donné », nous avons fait des choix et nous avons décidé de passer toutes nos économies dans ce projet. L’isolation de notre maison attendra, les soldes d’hiver et d’été passent sans que nous soyons même au courant, tous les abonnements superflus sont annulés, nous avons créé notre tête de lit et le sommier à base de palette ! Nous avons changé notre façon de consommer.

la peur : « il faut du courage pour partir avec les enfants », « je vous envie mais je n’oserais jamais le faire », ce à quoi nous répondons qu’il faut juste le décider

- le manque de temps : « vous avez de la chance, vous avez des boulots qui vous permettent de faire ça », et bien pas forcément (surtout en étant en libéral) mais encore une fois, c’est une question de choix et de volonté. 

Pour conclure, il n’y a plus d’obstacles pour réaliser ce projet ou s’il y en a eu, nous les avons surmontés sans nous poser trop de questions.

Quelle est votre plus grande crainte avant de partir ?

Nos inquiétudes…

Tout d’abord, ce qui est très compliqué pour nous en terme d’organisation, c’est de pouvoir dire exactement où nous serons et à quels moments. Nous n’avons pas envie d’avoir de contraintes trop importantes. 

Ensuite, le plus grand manque que nous redoutons est celui de nos familles et amis.

Nous sommes vraiment très entourés tout au long de l’année et nous aimons partager des bons moments autour d’une table. Nous pensons que cela risque d’être dur à la longue sans eux.

Pour Juliette, son plus grand manque va être le magret de canard et ce n’est pas une blague.

Pour Victor, cela sera de ne pas pouvoir prendre avec lui ses trois caisses de Lego ! 

Mais nos familles ont décidé de nous rejoindre au cours du voyage et nous avons choisi ensemble des destinations où nous allons être un peu plus sédentaires (Nouvelle-Calédonie et Polynésie).

Nous imaginons déjà la joie lorsque nous allons les retrouver.

... et votre plus grande attente ?

Nos espoirs…

Les étapes que nous attendons avec le plus d’impatience sont les endroits magiques pour plonger comme la Polynésie, la Nouvelle Calédonie ou l’Afrique du Sud… Nous espérons également être surpris par certaines régions du globe.

En plus des différents pays traversés, nous attendons aussi beaucoup des rencontres humaines que nous allons faire tout au long du voyage. En espérant que les visites dans les écoles soient le point d’orgue du partage et de l’échange.


Un conseil pour ceux qui rêvent en vous lisant… ?

Nos conseils…

Si comme nous, vous êtes intéressés par un Tour du monde, allez-y, foncez

Certaines étapes sont toutefois à respecter : 

Tout d’abord, bien choisir son itinéraire et son moyen de transport.

Etablir un budget

Gérer le "tout ce qui reste ici (maison, impôts…)"

Organiser son voyage

Pour toutes ces étapes, de nombreux sites internet proposent des conseils, des aides.

N’hésitez pas à vous renseigner un maximum, lire des témoignages et échanger.

En commençant vos recherches, vous vous sentirez tout de suite moins seuls.

Enfin, il ne faut pas oublier une chose : ce voyage est le vôtre et doit vous ressembler.

Il ne reste alors qu’à sauter le pas et dire on y va.

 


Un grand merci, Emilie, pour cet échange ツ

Nous allons suivre votre aventure avec plaisir :

Facebook

 http://les4souslocean.com/


Et donnons-nous rendez-vous au cœur de votre aventure pour un nouvel échange !


Crédit photos Les 4 sous l'Océan http://les4souslocean.com/

Écrire commentaire

Commentaires : 0