Rencontre Voyageurs autour du Monde

Au retour, nous n'avions plus du tout envie de la même vie qu'avant ...

Voyager fait rêver...

Voyager au long cours est une expérience sans comparaison...Impossible de tout préparer à l'avance, l'inconnu fait forcément partie des bagages !

A (trop) y réfléchir, une famille (normale ?) pourrait même trouver cette idée un peu folle !?

 

Et pourtant... quels sont ces symptômes post-TDM ...?

 

Pour notre nouvelle rencontre Voyageurs autour du Monde,

nous voulions un échange avec "un" Voyageur revenu depuis quelques années et comprendre si cette "folie" a des conséquences sur sa vie....

Mieux... c'est une voyageuse qui nous confie ses changements avec beaucoup de sincérité ...

 

Bonjour Florence,

pourrais-tu te présenter et nous donner ta définition du Voyage ?

Je m'appelle Florence Séchet, j'ai 44 ans, je suis mariée (avec Bruno) et maman de 3 jeunes filles.

Nous habitons en région nantaise.

Je suis coach professionnelle et consultante en Supply Chain. J'ai créé ma propre structure "coaching by Flo" il y a 1 an.

J'aime faire des photos, du fitness, lire... et VOYAGER !

 

Lorsque je voyage, c'est plutôt en famille, avec pour objectif de vivre à chaque fois de nouvelles expériences tous les 5, et de découvrir d'autres modes de vie et d'autres cultures.

J'ai besoin de m'évader au moins une fois par an, même si c'est court, même si ce n'est pas trop loin, mais plus c'est différent de mon cadre habituel, plus j'aime.

Je pense que voyager est un choix de vie, pas spécialement conditionné par l'argent car on peut voyager à budget tout à fait raisonnable. 


Et puis un jour... un voyage incroyable...

Mon voyage le plus marquant a été notre tour du monde d'un an en famille entre l'été 2012 et l'été 2013.

Nous en parlions régulièrement avec Bruno en nous disant "un jour, nous ferons le tour du monde...". Puis, les enfants grandissant, nous nous sommes dit qu'il fallait nous lancer ou abandonner l'idée. 

Notre objectif était de faire une pause, de prendre du temps en famille et de découvrir le monde ensemble.

Nous avions 40 ans et nos filles 6, 9 et 12 ans lorsque nous sommes partis ; c'était vraiment le bon moment.

Nous avons préparé ce voyage pendant 1 an 1/2, seuls et avec l'aide d'autres voyageurs, et le support d'internet.

Nous avions été mis en contact avec 1 personne dans chaque pays (ou presque) et cela a été vraiment génial d'avoir les conseils de locaux et de les rencontrer... 


Dans quel état d'esprit revient-on d'un tel voyage ? ...

La vie reprend-elle comme avant ?

Nous avions peu préparé l'après-voyage car nous ne savions pas dans quel état d'esprit nous serions en rentrant. Mais, nous avions ouvert la possibilité que ce soit très différent.

Nous avions cependant gardé l'opportunité de revenir dans notre vie d'avant (travail, maison, école...) pour nous sécuriser.

Bon, finalement, au retour, nous n'avions plus du tout envie de la même vie qu'avant.

Nous étions recentrés sur nos valeurs et sur l'humain en particulier, la société de consommation ne nous intéressait plus et surtout, nous avions un ÉNORME besoin de liberté. Pour Bruno qui était déjà travailleur indépendant, il a pu retourner dans son job d'avant en mettant un accent très particulier sur les hommes dans les entreprises.

Pour moi qui était salariée, ça a été plus compliqué. J'ai rapidement compris que je ne pourrais pas re-rentrer dans le moule.

J'ai donc envisagé une reconversion professionnelle vers un métier d'aide (le coaching) et cherché la liberté du travail indépendant. Pour nos filles aussi, ça a été difficile de retrouver le cadre du système scolaire (ça l'est encore d'ailleurs). Nous avons hésité à les déscolariser définitivement ou à monter une école "parallèle" ; nous n'avons pas franchi ce cap car nous pensons qu'il est important pour elles de pouvoir accepter ce "moule" social pour ne pas vivre de façon complètement marginale...


 

Ceci dit, malgré les difficultés du retour, nous ne regrettons absolument pas l'expérience du tour du monde. Nous sommes tous les 5 plus ouverts, plus curieux, plus forts d'une certaine manière.

 

Cependant, nous pensons qu'un jour nous referons un grand voyage en partant vivre à l'étranger, mais quand ???

 

Comment surmonter les obstacles d'un tel voyage au long cours ?

Est-ce qu'on pense au retour ?

Pour nous, il n'y a en fait aucun obstacle à partir faire ce genre de voyage, à part soi-même et la peur de l'inconnu... que nous avons plutôt trouvé grisante finalement. 

Alors, je conseille toujours à ceux qui hésitent de foncer pour en pas regretter de pas l'avoir fait.

Il faut juste être conscient qu'un voyage au long court n'a pas les mêmes conséquences qu'un simple voyage de 3 semaines.

On perd nos repères et il faut les reconstruire.

C'est aussi tout le bénéfice d'une telle expérience : travailler sur soi et se développer.

Cela peut paraître paradoxal, mais ma plus crainte avant de partir, c'était... le retour, car impréparable!!


Et si c'était à refaire... que changerais-tu ?

Si je repartais demain, sans avoir vécu cette expérience, je crois que je ne changerais pas grand chose.

En l'ayant vécu, évidemment, je chercherais maintenant autre chose et je resterais plus longtemps dans chaque pays pour mieux m'imprégner de la culture locale.

Je crois que mon plus grand manque a été le manque de sédendarité. Refaire son sac tous les 3 jours est un peu pesant.

Nous avions emmené des sacs de couchage qui nous ont peu servi (ils étaient toujours trop chauds ou trop froids). Si c'était à refaire, on ne les prendrait pas.

A l'inverse, je ne vois rien à emmener de plus que ce qu'on avait...

 

Vivre avec 2 pantalons et 5 Tshirts pendant 1 an, c'est tout à fait faisable ;-)...



Crédit photos www.dispapacestlointahiti.fr

Écrire commentaire

Commentaires : 0